Rechercher

Médiation Football : choix de l'image et des valeurs ?


Le 22 mars 2022, par son refus de se rendre à la séance obligatoire de sponsoring avec le reste des bleus, Killian MBappé a souhaité faire entendre son désaccord avec la politique et l’image véhiculée par certains sponsors officiels de la FFF.



Sont notamment visés Coca Cola, KFC et Betclic…


A l’origine de ce choix, une convention signée par le joueur en 2017 qui détermine ses droits et ses devoirs, notamment en matière de sponsors et droits à l’image dans le cadre des rassemblements de l’équipe de France de Football.


Convention qu’il aurait tenté de renégocier à plusieurs reprises sans y parvenir.

Aujourd’hui le joueur chercherait à retrouver plus de maîtrise sur l’exploitation de son image en refusant ainsi certaines opérations de parrainage lorsque celles-ci vont à l’encontre de ses convictions personnelles.


Cette action a été saluée par une majorité d’amateurs du football qui estime que les joueurs devraient pouvoir choisir les marques auxquelles ils sont associés.


Les enjeux soulevés par cet événement ne sont pas des moindres. En effet, le business model du football repose en grande partie sur les financements générés par les sponsors et l’ouverture de la Coupe du monde approche à grands pas.



A l’heure actuelle, le président de la fédération n’a pas souhaité prendre de sanction à l’encontre de Killian MBappé et semble privilégier la voie de la discussion. En effet, l’ensemble des parties aurait tout intérêt à privilégier un règlement pacifique de leur différend, plutôt que d’aller vers un affrontement judiciaire qui nuirait gravement à la poursuite de leur collaboration. La médiation semble alors se présenter comme une alternative idéale.

Processus de règlement des litiges basé sur l’écoute et le dialogue, elle serait de nature à offrir un cadre neutre dans lequel les parties pourront échanger et construire. Tout l’enjeu est de comprendre les intérêts de chacun dans le conflit ainsi que les contraintes qui l’obligent.


D’un côté, les joueurs cherchent à contrôler leur image, véhiculer des valeurs qui leur sont chères afin d’envoyer un message positif à ceux qui les suivent. De l’autre côté, la fédération doit honorer ses engagements commerciaux avec les sponsors tout en présentant une image unie de la FFF.


Cet événement et le conflit qui en découle sont particuliers en ce qu’ils témoignent d’une évolution des priorités qui animent les joueurs. Les engagements moraux prennent le pas sur les engagements commerciaux, les uns ne pouvant plus être honorés sans trahir les autres. Face à ce problème inédit, pourquoi ne pas choisir une solution innovante et créatrice qui associerait directement les parties à son l’élaboration ?

Parmi les revendications de l’attaquant des bleus, le souhait de plus de concertation dans le choix des partenaires commerciaux a été formulé ainsi qu’une redéfinition du domaine de l’exploitation de l’image collective. Quelle forme pourraient prendre ces revendications ? Une renégociation des contrats est-elle possible ? De quelle marge de manœuvre dispose la fédération dans d’éventuels pourparlers ? Quelles concessions le joueur serait-il prêt à faire pour obtenir satisfaction ? Autant de questions auxquelles seules les parties seront capables d’amener une réponse satisfaisante.

Par le biais de discussions, d’échanges, les parties pourront ainsi recréer un lien, redéfinir les contours d’une collaboration 100% gagnante pour arriver à se mettre d’accord sur ce qui les oppose.


Et ainsi réfléchir ensuite à la meilleure façon de surmonter leur différend. Elles ne seront pas seules dans cette démarche. Encadrées par un médiateur qualifié, reconnu pour ses compétences relationnelles, juridique et sa connaissance du milieu sportif, elles pourront formuler leur attente et commencer peu à peu à avancer dans la même direction afin de voir émerger une solution en accord avec leur intérêt respectif.



Les parties ont tout à gagner à réaliser une médiation. A minima, celle-ci permettra la reprise des relations ainsi qu’une clarification des positions de chacun. Et en cas de réussite, les parties sortiront avec une solution sur mesure permettant de mettre fin au différend.

Au vu de la prochaine saison et campagne de coupe du Monde qui s’annonce, l’émergence d’un accord dans de brefs délais paraît indispensable. Il y a bon espoir que la passion l’emporte sur leur différend actuel. En fin de compte, ils partagent le même objectif : faire rayonner le football et promouvoir ses valeurs.


50 vues0 commentaire